Mot-clef « Mozilla »

De la politique de signature des extensions dans Firefox

Mozilla, le Parti Socialiste du logiciel ?

La semaine passée, les utilisateurs de Firefox ont dû faire face à une désactivation de l’ensemble des extensions du navigateur (enfin presque, chez moi 5 sont restées, allez savoir pourquoi). Mozilla a fourni rapidement des solutions de contournement et travaillé à résoudre le problème (plus de détails ici) et je n’ai rien à redire là dessus.

Par contre ça révèle selon moi un gros problème de fond.

Je ne vais pas m’étendre sur la partie concernant le mécanisme d’« études » dont j’avais oublié l’existence et qui était finalement le seul moyen de contournement trouvé sur un Firefox standard : ce mécanisme permet à Mozilla d’installer silencieusement des trucs sur le navigateur et est fort heureusement désactivé par défaut… même si ça laisse songeur sur les potentielles failles de sécurité ouvertes par ce canal.

Non, ce qui me pose vraiment problème c’est cette gestion de la signature des modules. Non pas que le fait de signer les modules soit un problème en soi. C’est une réponse tout à fait valable à des attaques via des extensions malveillantes. Mais plutôt la manière dont c’est mis en œuvre.

En effet, cet épisode révèle que :

  • la vérification de la signature des modules est désactivable sur environ toutes les versions sauf la version grand public (donc sur ESR, Developer edition, Nightly) via la clé xpinstall.signatures.required (et extensions.langpacks.signatures.require pour les paquetages linguistiques), cf la documentation pour plus d’informations
  • les signatures des modules sont revérifiées une fois par jour (cf l’article technique évoqué plus haut) et si la vérification échoue, l’extension est désactivée d’autorité (et silencieusement je crois bien mais je ne suis plus certain de ce point, il y avait peut-être un petit message dans un coin)

Ces deux points sont pour moi hautement problématiques pour des raisons plutôt bien résumées dans les pouets suivants :

Sinon imaginez Linux avec le même genre de conception ?

Le certificat du dépôt expire, et tous les paquets sont invalidés et votre OS cesse de fonctionner ?

C'est pas juste une bourde, c'est une énorme connerie dès la conception. Une énorme FBI (Fausse Bonne Idée).

Mais c'est pour notre bien, c'est pour notre sécurité. Meh.

Non la pillule n'arrive pas à passer.

— sebsauvage (@sebsauvage@framapiaf.org) le 10 mai 2019 à 19:46

Le problème, c'est que Mozilla commence à faire comme Google : faire les choix à la place de l'utilisateur "pour son bien", non seulement en ne lui proposant pas de choisir, mais en allant jusqu'à rendre la désactivation de l'option IMPOSSIBLE.

À partir de quand c'est une bonne idée ?

Comme on peut considérer ça comme respectueux de l'utilisateur ?

— sebsauvage (@sebsauvage@framapiaf.org) le 10 mai 2019 à 20:12

Que les options par défaut protègent l'utilisateur OK, mais pourquoi empêcher les utilisateurs avancés de modifier l'option ?

— sebsauvage (@sebsauvage@framapiaf.org) le 10 mai 2019 à 20:41

On est là au cœur du problème : Mozilla a mis en place un système de signature des extensions pour protéger contre les extensions malveillantes (et c’est très bien) mais de telle manière que l’utilisateur n’ait aucune manière de contourner le système s’il le souhaite. Mozilla décide et l’utilisateur subit “pour son bien”.

Dans les versions du logiciel destinées à un publique technique ou professionnel on permet de désactiver le système mais pour le grand public, non. Quand je dis que c’est désactivable, on parle bien d’une configuration perdue dans about:config, donc un truc que l’utilisateur lambda n’a aucune chance de toucher par erreur (puisque les extensions ne le peuvent plus). Un truc déjà réservé à des utilisateurs avancés (ceux qui ont passé le message anxiogène et fait l’effort de trouver la clé à modifier). Donc pourquoi l’interdire sur la version grand public ?

Message anxiogène avant d'accéder à about:config
Message anxiogène avant d'accéder à `about:config`

Le second point relève de la même logique : on valide tous les jours et en cas d’échec on désactive. Sur le papier ça peut se tenir comme comportement par défaut mais une fois de plus c’est décider à la place de l’utilisateur.

Comment on peut considérer que faire tout d’autorité sans à aucun moment donner la main à l’utilisateur peut être une bonne idée ? Parce que virer les extensions ça veut dire casser des fonctionnalités (ce qui peut être un gros problème) mais surtout se balader à poil (vu le peu d’outils natifs de protection contre les traqueurs).

Le minimum aurait été de proposer un bouton permettant de réactiver l’extension (après moult messages anxiogènes si on veut) mais un truc qui permette de continuer à utiliser convenablement son navigateur même si un truc s’est mal passé.

Pour moi tout ça est assez symptomatique de la dérive de Mozilla ces dernières années qui se comporte de plus en plus comme un Google ou un Apple : je sais mieux que vous ce qu’il faut faire donc pour votre sécurité je vais décider à votre place.

Je suis désolé mais pour moi c’est très loin de l’idéal des logiciels libres. Mais vraiment très loin. C’est infantiliser l’utilisateur en lui déniant le droit de faire des choix (certes il peut toujours patcher son navigateur et le recompiler, hein, mais outre le fait que ça nécessite déjà un gros bagage technique, avec la mode des cycles de développement courts c’est devenu excessivement laborieux).

Encore une fois je ne dis pas qu’il faut laisser faire les pire conneries en deux clics mais juste laisser des solutions de contournement, a fortiori quand elle existent (puisque la clé de configuration existe dans les autres versions, ça n’introduirait même pas de coût de maintenance supplémentaire).

Tout ça me renforce dans mon impression de plus en plus forte que Mozilla tend à s’apparenter à un Parti Socialiste du logiciel : on fait valoir de grand idéaux mais finalement on va au même endroit que les autres, juste un peu plus lentement. Et ça, ça me déprime fortement parce qu’on n’a pas des masses d’alternatives viables en matière de navigateurs libres.


Je m'inquiète pour Firefox...

Je m'étais habitué à voir progressivement, au fur et à mesure de mises à jour de Firefox, de plus en plus de fonctionnalités disparaitre de l'interface pour être reléguées au fin fond des menus, voire carrément supprimées (détection des flux RSS, des moteurs de recherche, barre d'état, menu, protocole...).

Je suis donc fort surpris et même inquiet de constater que depuis plusieurs versions, plus aucun élément d'interface n'ait disparu. Les équipes de Mozilla se seraient-elles tellement habituées à se contenter de suivre Chrome sur ce sujet qu'elles n'arrivent pas à trouver elles-même quel est l'élément superflu suivant ?

Pourtant ce n'est pas si difficile. Prenez les boutons de navigation "précédent", "suivant" : de nos jours les sites web contiennent tout ce qu'il faut pour naviguer (menus, fils d'Ariane, etc). Je pense qu'il est donc inutile de les conserver par défaut.

Le bouton rafraichir me semble bien inutile aussi : quand les informations varient, les sites proposent en général de rafraichir le contenu et au pire il suffit de cliquer dans la barre d'adresse et appuyer sur "entrer" pour recharger la page.

Après quand on y pense, il me semble bien superflu de garder à la fois une zone de titre et une barre d'adresse : pourquoi ne pas les fusionner comme dans la version mobile ? On éviterait du coup de voir d'inutiles adresses incompréhensibles qui, je n'en doute pas, doivent perdre les utilisateurs non-techniciens. D'ailleurs à bien y repenser, la barre d'adresse et de recherche est bien inutile puisqu'il suffit de mettre un champ de recherche à l'ouverture d'un nouvel onglet.

Ensuite, la barre d'onglets : je pense qu'on peut bien s'en passer aussi. L'être humain est généralement monotâche (et le peu de multitâche qu'il est capable de déployer est déjà bien assez occupé à vérifier sur son smartphone que personne n'essaie de le joindre). Au pire on peut toujours ouvrir plusieurs fenêtres s'il le faut. Parce qu'une barre d'onglets, ça prend facile 20 à 30 pixels de haut, on rigole pas avec ces choses là ! D'autant que le titre de la page, c'est assez inutile. Un petite notification en bas de l'écran au chargement de la page est bien suffisant.

Vous me direz que ce n'est pas pratique vu que c'était à l'ouverture d'un nouvel onglet que l'on pouvait lancer une recherche mais je me vois bien obligé de vous détromper. En effet, maintenant que Google est capable en traçant nos habitudes de deviner ce qu'on va faire, plus besoin de choisir, il suffit de se laisser porter.

Du coup on arrive à quelque chose de vraiment révolutionnaire dans sa simplicité. J'aurais tendance à vouloir proposer un nouveau nom : ça s'appellerait "Télévision".

Mais comme dirait Jean-Pierre Gauffre : évidemment, vous n'êtes pas obligés de me croire.