La science-fiction ou l'art d'imaginer un futur qui n'adviendra pas ?

Science-fiction et anachronismes #1

Il y a peu, j'ai achevé la lecture du roman de science-fiction Les menhirs de glace (Icehenge an VO) de Kim Stanley Robinson qui nous projette dans le futur puisqu'il se déroule entre 2248 pour la première partie et 2610 pour la troisième. Ce roman est sorti en 1984, il y a trente ans, fatalement il y a donc des aspects qui semblent anachroniques tant les (r)évolutions en marche actuellement tranchent avec ce que l'on pouvait croire immuable il y a encore quelques décennies.

L'omniprésence du papier

Le premier point qui frappe c'est l'omniprésence du papier. La révolution numérique en cours laisse présager que même si le papier garde son intérêt dans certains domaines, son importance décline et continuera à décliner. C'est donc avec amusement qu'on voit le personnage principal de la seconde partie du roman acheter « à la librairie du train » un livre pseudo-scientifique qu'il sait d'avance sans intérêt autre que de se détendre pendant un trajet en train. J'ai du mal à concevoir qu'à l'avenir ce genre d'ouvrage se vende encore sur papier.

En effet, à terme, je ne vois le papier perdurer que pour ce qui est censé être durable. C'est ce que laisse fortement présager en tout cas la disparition progressive déjà actuellement des plus jetables des œuvres papier : les journaux qui passent progressivement à un format numérique bien plus adapté. Le papier perdurera pour certaines archives (différemment durable et plus facile à authentifier que du dématérialisé) ou pour des éditions "collector" de livres ou de l'impression à la demande mais certainement pas pour du jetable et encore moins pour quelqu'un qui voyage beaucoup (le personnage en question est archéologue).

De même lorsqu'il fait des recherche dans les archives datant d'après notre époque, il dispose certes de quelques index informatiques pas connectés entre eux mais passe l'essentiel de son temps à fouiller dans des papiers. Ça semble inimaginable actuellement lorsqu'on se projette dans plusieurs siècles. On n'est évidemment pas à l’abri d'une régression dans ce domaine mais c'est amusant de constater que ces domaines étaient apparemment considéré comme immuables par l'auteur alors que par ailleurs dans le domaine du transport spatiale, de la médecine (les humains vivent 600 ans) ou de la biologie, les progrès ont été considérables.

Un réseau informatique balbutiant

L'autre point assez frappant d'anachronisme c'est l'informatique. S'il dépeint des évolutions (la vidéo est remplacée par un système holographique), dans l'ensemble il reste sur un modèle très archaïque de réseau informatique proche du minitel dans ses concepts, voire pire : très cher d'accès, les pauvres ne pouvant y accéder que dans des lieux spécialisés, aucun terminal mobile, même pas d'ordinateur portable. De ce point de vue là, ça fait quinze ans qu'on a largement dépassé ses prévisions ! Certes dans un contexte où l'humanité s'est disséminée dans tous le système solaire il y a des défis techniques à relever par rapport à ce qu'on sait faire actuellement mais tout cela se passe dans plusieurs siècles, difficile d'imaginer que tout cela évolue aussi peu d'ici là.

Là aussi et même plus encore que sur le papier des régressions sont tout à fait envisageables notamment, les mouvements de centralisation en cours en ce qui concerne Internet pourraient y mener. Surtout si les fournisseurs sont encouragés à geler les investissements pour générer une pénurie de bande passante favorable à la promotions d'offres de débits garantis vers certains services et contenus qui les font gagner sur tous les tableaux : ils investissent moins, rançonnent le fournisseur de service ou contenu et facturent ça en plus à l'utilisateur. Ça pourrait tout à fait arriver à court terme si les pouvoirs publics cèdent à leurs demandes contre la neutralité du net. Mais il est difficile d'imaginer qu'ils se coupent totalement des revenus que peuvent leur apporter les abonnements des pauvres.

De même, je doute que si Internet devient trop surveillé par les états ou pourri par la mainmise des multinationales que le concept de réseau neutre et ouvert disparaisse : un autre réseau verra sans doute le jour à côté si nécessaire. Donc imaginer à notre époque un réseau peu accessible est assez difficile à imaginer.

La difficulté à publier

À la croisée des deux points précédents, on a la difficulté à publier un livre. Dans la troisième partie, le personnage principal évoque sont père : "un poète qui écrivait pour son plaisir et ne paya jamais un sou pour faire entrer ses poèmes dans les archives publiques", ailleurs il dit qu'en gros ça fonctionne comme une grosse banque d’œuvres où les éditeurs peuvent piocher pour publier. Alors qu'à l'heure actuelle n'importe qui peut publier ses œuvres sur Internet et quasi gratuitement. Voire toucher un peu sur des ventes via Amazon par exemple. Évidemment, peu trouve un large public comme ça mais c'est totalement possible (et accessoirement peu des livres publiés par des éditeurs traditionnels trouvent le succès de toutes façons). Du coup cette idée où il faudrait payer pour avoir une chance peut-être d'être remarqué pour être publié semble sacrément désuète à notre époque.

Là aussi ça peut encore changer, les choses peuvent se verrouiller à nouveau mais c'est peu crédible car les plus gros vendeurs, Amazon le premier, n'ont aucun intérêt à mettre une barrière à l'entrée. Ce qui n'empêche pas des éditeurs de faire de la publication sélective mais il ne sont plus que l'une des options possible pour un auteur là où jusqu'à récemment ils étaient encore quasiment la seule.

Un genre très ancré dans son époque

Dans l'ensemble son univers reste crédible pour moi parce que j'ai connu l'époque d'avant et ça doit être d'autant plus crédible pour les gens qui n'ont pas encore pris conscience de la profondeur des changements actuels. Mais restera-t-il compréhensible pour les générations futures ? Et à l'inverse, s'il avait imaginé quelque chose de plus proche de ce que nous connaissons maintenant, aurait-il paru crédible et compréhensible à l'époque ? Pas sûr du tout.

Ça me fait mesurer un peu plus encore à quel point la science fiction est sans doute le genre le plus « périssable » car ancré fortement dans son époque. Là où la fantasy - qui est généralement basée sur une période passée ou un monde y ressemblant - survit très bien au passage des ans (pour sa plus grande part, le Seigneur des anneaux pourrait être écrit actuellement), où le roman contemporain devient historique, la science-fiction devient anachronique. Ce qui ne veut pas dire quelle perd tout intérêt mais c'est sans doute le genre qui vieillit le plus difficilement.

Cela étant, malgré ces anachronismes, j'ai beaucoup aimé ce livre que je recommande. Parce que même si certains éléments (les points que j'ai évoqués sont loin d'être centraux) sont un peu datés, tout ça sert surtout de cadre à une réflexion sur la mémoire, l'allongement de la durée de la vie et la politique, réflexion qui, elle, reste tout à fait intéressante et d'actualité.

Et c'est là que je me dis que je serais très mauvais critique littéraire, parce ce bouquin m'a beaucoup plu mais que le seul article qu'il m'a inspiré est centré sur des aspects négatifs secondaires sans grande importance, juste parce qu'ils font écho à des discussions et lectures récentes :D

Soumettre un commentaire

La soumission de commentaire fonctionne via un envoi de mail à une adresse dédiée, pour plus de précisions sur les raisons de ce fonctionnement atypique vous pouvez consulter cet article.

0 commentaires